Souvenez-vous en mai quand Huawei a été interdite par l’administration Trump de faire du commerce aux États Unis et de travailler avec les entreprises américaines ? Et bien, cette interdiction affectait sérieusement la division mobile de Huawei, vu que l’entreprise utilisait certains composants critiques en provenance des États Unis. Avec le Huawei Mate 30, il semble que Huawei puisse facilement se passer des Américains. Selon un nouveau démontage rapporté par The Wall Street Journal et repris par The Verge, le Mate 30 a été entièrement conçu sans composants américains.

L’analyse effectuée par UBS et Fomalhaut Techno Solutions indique que le Mate 30 ne contient aucun composant américain. Huawei semble avoir trouvé des fournisseurs non américains pour plusieurs composants critiques. Huawei se base maintenant sur sa propre division de semi-conducteurs HiSilicon pour les puces Wi-Fi et Bluetooth plutôt que sur Broadcom. Il achète maintenant ses amplificateurs audio auprès de NXP des Pays-Bas plutôt que de Cirrus Logic. Et l’entreprise s’est tourné vers des sociétés comme Murata au Japon et MediaTek à Taiwan pour d’autres pièces précédemment fournies par des fabricants américains.

L’entrprise chinoise n’a pas été en mesure de se départir entièrement des fournisseurs américains, bien qu’il soit interdit de faire affaire avec la plupart d’entre eux. La société a déclaré avoir stocké des composants en prévision des sanctions. D’autres démontages révèlent que certains appareils plus récents dépendent toujours de composants américains. TechInsights, par exemple, montre que le haut de gamme Mate 30 Pro 5G utilise des puces de Qualcomm et de Texas Instruments.

Il n’est pas surprenant que Huawei entreprenne de grandes démarches pour diversifier sa chaîne d’approvisionnement. Le démontage d’UBS montre toutefois que Huawei est tout à fait capable de fabriquer des smartphones haut de gamme sans fournisseurs américains.