Facebook lance une fonctionnalité pour lancer des pétitions

, Technologie

Aujourd’hui, Facebook lance aux États-Unis une nouvelle fonctionnalité baptisée Community Action (ou action communautaire). Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs d’interpeller les élus sur des actions qu’ils aimeraient voir se produire au sein de leur communauté et d’avoir le soutien des internautes.

Cette fonctionnalité est pour Facebook, un moyen d’encourager l’engagement citoyen et civique.

>>>Lire Aussi>>> Fuite : le Google Pixel 3 Lite est une réalité

« Construire des communautés informées et engagées civiquement est au cœur de la mission de Facebook. Chaque jour, des personnes se rassemblent sur Facebook pour défendre des causes qui les intéressent, notamment en contactant leurs élus, en lançant une collecte de fonds ou en créant un groupe. Grâce à ces outils et à d’autres, nous avons vu des personnes mobiliser leur soutien et obtenir des résultats sur les problèmes qui les intéressent. L’action communautaire est un autre moyen pour les gens de plaider en faveur de changements dans leurs communautés et de s’associer à des élus et à des agences gouvernementales pour trouver des solutions », a déclaré un responsable de Facebook à TechCrunch.

Pour démarrer une pétition dans Action Communautaire, l’utilisateur ajoute un titre, une description et une image à l’action. Ensuite, il identifie les responsables politiques concernés qui en seront informés. L’objectif est de faire en sorte que la pétition devienne virale et incite les gens à cliquer sur le bouton «Support». Les pétitions ont leur propre fil de discussion où les gens peuvent laisser des commentaires, créer des collectes de fonds et organiser des événements ou des campagnes. Facebook affiche le nombre de supporters derrière une action communautaire, mais vous ne pourrez voir que le nom de ceux avec qui vous êtes ami ou des pages et des personnalités publiques.

Si tout part d’une bonne intention, cette fonctionnalité pourrait néanmoins facilement être détournée pour commettre des abus. Tout dépendra donc de l’efficacité des modérateurs et des algorithmes de Facebook, ainsi que des politiques appliquées par le réseau social pour limiter ces abus.

Source Via

Comments

comments

Laisser un commentaire