Mark Zuckerberg sort de son silence et présente ses excuses

, Facebook

Mercredi soir sur CNN Mark Zuckerberg est sortir de son silence et a reconnu que sa société avait commis des erreurs qui ont permis à la société Cambridge Analytica de collecter les informations personnelles de millions d’utilisateurs du réseau social.

«Cela a constitué un abus de confiance très important et je suis vraiment désolé de ce qui s’est passé.», a-t-il déclaré.

Et d’ajouter

Nous avons la responsabilité de protéger vos données, et si nous ne pouvons pas le faire alors nous ne méritons pas de vous servir. J’ai travaillé pour comprendre exactement ce qui s’est passé et comment m’assurer que cela ne se reproduise plus. La bonne nouvelle est que les actions les plus importantes pour empêcher que cela se reproduise aujourd’hui, ont été déjà pris des années auparavant. Mais aussi nous avons commis des erreurs, il y a beaucoup à faire, et nous devons nous atteler à la tâche.

>>>>>>> Lire aussi : #DeleteFacebook : comprendre la campagne incitant à la suppression de son compte Facebook en cours sur le web

Plus tôt dans la journée, Zuckerberg avait fait une publication sur Facebook dans lequel il a déclaré que la société avait fait des erreurs dans sa gestion des révélations de données Cambridge Analytica. Il explique que la société a mis au point un plan multi-parties conçu pour réduire la quantité de données partagées par les utilisateurs avec des développeurs externes, et a annoncé qu’elle auditerait certains développeurs ayant accès à de grandes quantités de données avant la mise en œuvre des restrictions précédentes en 2014.

Il a aussi dit qu’il n’était pas opposé à plus de régulation des entreprises technologiques, et qu’il était d’accord pour venir témoigner devant le Congrès américain. Il a promis des améliorations quant à la protection des données personnelles, en particulier pour les applications tierces auxquelles on se connecte via son compte Facebook. C’est à travers une application de ce type que des données confidentielles de dizaines de millions de personnes ont fini aux mains de la firme britannique Cambridge Analytica à leur insu.

La numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, a elle aussi exprimé des regrets mercredi.

Source : TheNextWeb

Via: The Verge           SudInfo

Comments

comments

Laisser un commentaire