Retour sur la vie de Stephen Hawking, le légendaire astrophysicien décédé à 76 ans

, Technologie

Stephen Hawking est décédé ce mercredi 14 mars 2018 à l’âge de 76 ans. Le scientifique est mondialement connu pour ces travaux dans l’explication des trous noirs et de la relativité, mais aussi pour sa maladie nerveuse paralysante qui l’a cloué dans un fauteuil roulant pendant plus de quarante ans.

Si vous ne reconnaissez toujours pas l’homme, sachez qu’il est apparu dans la culture populaire à travers Les SimpsonsFuturama et The Big Bang Theory diffusée sur Nat Geo, les bandes dessinées X-Men, Star Trek: La nouvelle génération et Docteur Who. En 2014, Le film Une merveilleuse histoire du temps (The Theory of Everything) relate sa vie.

Voici un bref retour sur la vie de ce scientifique légendaire

Stephen Hawking naît le 8 janvier 1942 à Oxford, au Royaume-Uni (exactement 300 ans après la mort de Galileo Galilei). À l’âge de 21 ans, Hawking est diagnostiqué d’une sclérose latérale amyotrophique, ou maladie de Lou Gehrig. Cette maladie va le confiner dans un fauteuil roulant pour le reste de sa vie. Il va à également perdre sa voix et va désormais parler à travers un ordinateur et un synthétiseur vocal.

En 1974, Hawking soutient que la matière peut échapper de l’emprise d’un trou noir. En fait, le travail de Hawking suggère qu’un trou noir isolé s’évaporerait lentement et cesserait d’exister.

Hawking estimait que les trous noirs, étant des singularités infiniment petites, ne pouvaient posséder une quelconque structure et, par conséquent, n’étaient pas en mesure de stocker de l’information. Dès lors, en étant happée par un trou noir, toute donnée concernant une particule devait être considérée comme perdue. Or, ce constat est contraire avec la physique quantique, puisqu’il induit une irréversibilité des choses. La mécanique quantique prévoit au contraire une réversibilité. Il devrait donc y avoir, sous une forme ou sous une autre, une certaine conservation de l’information sur ce qu’absorbe un trou noir. Numerama

En 1974, à l’âge de 32 ans, il devient l’un des plus jeunes membres à intégrer la Royal Society, la plus prestigieuse institution scientifique de Grande-Bretagne, équivalent britannique de l’Académie des Sciences. 

Malgré sa maladie, en 1979 Stephen Hawking occupera la chaire de professeur lucasien de mathématiques de l’université de Cambridge, un titre autrefois occupé par Isaac Newton, il le restera jusqu’en 2009.

Stephen Hawking à Cambridge.

Son best-seller, Une Brève Histoire du temps, sorti en 1988 et vendu à plus de 10 millions d’exemplaires depuis sa parution, est un ouvrage de vulgarisation scientifique sur les principes de la cosmologie, du big bang, à la théorie des cordes en passant par les fameux trous noirs.

En plus des reconnaissances scientifiques, Hawking s’est vu décerner en 2009 la Médaille présidentielle de la liberté par Barack Obama. « De son fauteuil roulant, il nous a emmenés dans un voyage vers le cosmos le plus éloigné et le plus étrange. Ce faisant, il a stimulé notre imagination et nous a montré la puissance de l’esprit humain qui existe sur Terre.» a déclaré M. Obama.

Ces dernières années, il a tiré la sonnette d’alarme sur les dangers de l’intelligence artificielle qui pourrait conduire, selon lui, à l’extinction de la race humaine. Avec Elon Musk, ils étaient de farouches opposants aux armes autonomes.

Hier à sa mort, ses enfants ont déclaré : « Il était un grand scientifique et un homme extraordinaire dont le travail et l’héritage continueront à vivre pendant de nombreuses années. Son courage, sa persévérance avec son génie et son humour ont inspiré bien de gens à travers le monde. Il a dit un jour:” Il avait déclaré un jour : “Cet Univers ne serait pas grand-chose s’il n’abritait pas les gens qu’on aime.” Il nous manquera toujours. »

 

Source :  Ars Technica      Numerama      Journal du Geek

Comments

comments

Laisser un commentaire